IRP PATHOS : Passions, actions et réactions dans le monde antique

IRP PATHOS, Passions, actions et réactions dans le monde antique entre le Centre Léon Robin de recherche sur la pensée antique (UMR 8061 CNRS, Univ. Paris-Sorbonne) (Cristina Viano) et Departamento de Filosofia, Faculdade de Filosofia Letras e Ciências Humanas (FFLCH) Universidade de São Paulo (Marco  Antonio de Avila Zingano) et le Classics, School of History, Classics, and Archaeology, University of Edinburgh (Royaume-Uni) (Douglas Cairns) et l’UNAM (Mexique), la PUC et UCLA (Etats-Unis).
 
Description scientifique


Ce projet a comme objet l’étude des passions (pathê, émotions, affections) dans le monde antique, conçues comme les causes et les facteurs incontournables de tous les rapports entre les êtres et notamment des rapports humains, privés et publiques. De même que la cosmologie aristotélicienne étudie les phénomènes dans leurs relations réciproques et donne l’image d’un univers où, dans la plupart des cas, les êtres ne sont jamais isolés et les événements toujours insérés dans des chaînes cause-effet, de même l’anthropologie antique est conçue dans une perspective «en réseau», à savoir à la lumière des rapports entre les individus, aussi bien au niveau personnel que social et politique. Or, les émotions gouvernent la presque totalité de ces rapports. En effet, les passions décrites par Aristote dans le livre II de la Rhétorique, la première et la plus complète systématisation de la théorie des émotions de l’antiquité, ne sont jamais présentées comme des états émotionnels engendrés spontanément et limités au sujet qui les éprouve mais elles sont définies toujours dans des rapports d’action et réaction avec d’autres individus. En prenant comme point de départ la systématisation aristotélicienne de la notion clé de pathos comme dispositif de passion-réaction, ce programme se propose d’étendre l’enquête en amont et au-delà là d’Aristote, dans une perspective multidisciplinaire, relative non seulement à la philosophie mais aussi aux autres disciplines «extra-philosophiques» de l’antiquité (celles que l’on désigne par le terme générique de Classics), comme la tragédie, l’épopée, l’histoire, la rhétorique, la réflexion juridique, la médecine, dans une période qui va des Présocratiques à la philosophie hellénistique et impériale (Ve s. av. J.C.- III s. après. J.C.). Le but final est la réalisation d’un ouvrage de synthèse, en français et en anglais, sur la notion de pathos dans l’antiquité dans cette perspective «en réseau».
En vertu de sa vocation éminemment interdisciplinaire, ce projet se fonde sur une collaboration de compétences des partenaires: la contribution du groupe de Paris et de São Paulo portera sur les théories philosophiques des émotions platoniciennes, aristotéliciennes et postaristotélicienne, l’équipe d’Edinburg sur l’épique, la tragédie, la poésie lyrique et l’histoire.

L’originalité de ce projet se fonde donc sur une approche qui n’est pas celle de la réflexion philosophique et scientifique contemporaine sur l’actualité des théories anciennes des émotions. Il s’agit, en premier lieu, de se mettre à la place du public d’Aristote et des autres auteurs, dans leur contexte historique et philosophique, avec leur background culturel (cf. Konstan, 2006 et surtout Cairns 1993 et les autres ouvrages cités ci-dessous)
Mais cela ne signifie pas qu’il faut considérer la pensée des anciens comme un pur objet archéologique appartenant à une époque révolue, qui se soustrait à toute tentative d’actualisation. La perspective que nous envisageons est, au contraire, celle d’une double actualité : il faut reconstituer leur contexte et les valeurs par rapport auxquelles Aristote et les autres auteurs ont formulé leurs complexes analyses du monde physique et de la nature humaine, des rapports entre les choses et les hommes, pour en comprendre pleinement l’universalité et l’actualité des solutions qu’elles présentent encore aux grands questionnements de notre époque

Complémentarité des équipes :

La collaboration et les échanges entre nos équipes durent depuis de nombreuses années. Ce projet se fonde sur les acquis des programmes précédents, centrés sur la notion de causalité, et notamment le GDRI AITIA/AITIAI. Le lien causal dans le monde antique : origines, formes, transformations (France/Italie/ Brésil/ Royaume Uni/ Portugal, 2014-2017). Dans ce cadre nous avons organisé neuf colloques internationaux, dont sept ont produit les publications ci-dessus, et mis en place un séminaire international de doctorat à la Sorbonne qui se poursuit régulièrement et auxquel participent un certain nombre de doctorants brésiliens, stagiaires ou en cotutelle. Nous avons publié sept volumes collectifs : deux chez Peeters, Louvain (Aitia I, 2013 et Aitia II, 2014), un chez les edizioni di Storia e Letteratura, Rome (Aitia III, 2016) et quatre comme numéros thématiques, respectivement dans la revue Mètis (décembre 2015), dans Philosophie Antique (2016), dans Maia (2020) et dans Elenchos (2021) (voir les réferences complètes dans la liste de publications communes ci-dessous). Deux projets de coopération (CNRS-FAPESP SPRINT) ont été mis successivement en place avec notre partenaire brésilien : l’un sur “La doctrine aristotélicienne des émotions” (2018-2019) et l’autre sur “L’individu et la cité: rapports humains et relations politiques chez Aristote et à son époque” (2020-2021). Ils nous ont permis de jeter les bases du projet de recherche que nous présentons ici.

La collaboration avec Marco Zingano et son équipe est constante et intense depuis de longues années, puisque nous avons travaillés ensemble dans le cadre des financements octroyés par la FAPESP et par le CNRS séparément, puis ensemble dans le GDRI “AITIA/AITIAI. Le lien causal dans le monde antique: origines, formes et transformations” (2014-2017) et le deux projets de coopération franco-brésilienne (SPRINT CNRS-FAPESP) avec l’USP de São Paulo, intitulés respectivement “Pathos. La doctrine aristotélicienne des émotions” (2018-2019) et “L’individu et la cité: rapports humains et relations politiques chez Aristote et à son époque” (2020-2021). Les publications en commun (cf. ci-dessous) soulignent, le long des années, la productivité et la continuité de cette coopération. Un certain nombre de doctorants brésiliens ont effectués de stages doctoraux à Paris sur les thèmes de ces projets communs, avec de nombreux échanges de chercheurs et de doctorants et post-doc en cotutelle.
La collaboration avec Douglas Cairns et son équipe dure aussi depuis un certain nombre d’années En particulier dans le cadre du GDRI AITIA/AITIAI, nous avons organisé ensemble un colloque à Edinburgh en 2017, dont les actes viennent de paraître dans un n. spécial de Maia. Rivista di letterature classiche, 72 (3/2020) intitulé Le cause del conflitto tra storiografia e pensiero politico/ The Causes of Conflict in ancient History and Politics) (cf. ci-dessous publications communes).

Les laboratoires partenaires possèdent un excellent niveau scientifique largement reconnu dans le milieu international. Ce projet se fonde sur une collaboration de compétences thématiques et méthodologiques qui concernent la plus grande partie des disciplines du monde classique: la contribution des groupes de Paris et de São Paulo portera surtout sur l’analyse des passions dans les textes philosophiques, éthiques, politiques et rhétoriques, celle de l’équipe d’Edinburg, sur le thème spécifique des émotions sociales liées l’ “honneur” (cf. ERC Advanced Grant en cours “Honour in Classical Greece”) dans les textes littéraires, comme l’épique, la tragédie, la poésie lyriqueResponsable du projet de recherche en cours ERC Advanced Grant: “Honour in Classical Greece”(2018-22)(http://research.shca.ed.ac.uk/honour-in-greece/).

    Participants

    • Cristina Viano, Coordinator France
    • Marco Antonio de Avila Zingano, Coordinator Brazil